Il fait beau et chaud depuis quelques jours, c'est un temps parfait pour un barbuc', et la première chanson qui me vient à l'esprit en de telles conditions, c'est Sweet Home Alabama de Lynyrd Skynyrd!

Sortie en 1974 sur le 2e album - Second Helping - de l'emblématique groupe de Southern Rock, elle constitue tout autant leur plus grand hit que l'une des chansons qui leur ont valu le plus grand nombre de critiques. Rapidement, SHA défend le "Sud", la mentalité de cette partie des USA, souvent décriée pour son racisme latent, dénoncé durement par Niel Young. La chanson de Skynyrd est une réponse à cette attaque considérée comme Ronnie Van Zant (chanteur de l'époque) comme une généralisation abusive. Le côté conservateur du groupe et de ses chansons a toujours été un reproche plus ou moins fondé, basé quasi-exclusivement sur l'usage du drapeau Sudiste comme décor lors de leurs concerts. Pourtant, le Lynyrd Skynyrd "Mark I" (avant le drame de 1977) était loin d'être un groupe politiquement engagé, sauf en de rares occasions, notamment pour soutenir la candidature de ... Jimmy Carter, Démocrate.

Pour parler de Sweet Home Alabama, c'est une chanson dans le plus pur esprit du Southern Rock, mélange entre blues, country et rock'n'roll. Instrumentation riche, 2 guitares et un piano agrémenté de choeurs, la chanson n'a guère besoin de plus pour évoquer la chaleur du Sud. Le son des guitare est ici d'une clarté exceptionnelle, très léger crunch quasiment entièrement masqué par la sonorité si typique d'une Fender Stratocaster (sur l'intro-couplet du moins), ce son peu profond, avec pas mal d'aigus et ce "twang" caractéristique.Le riff est d'apparence ultra-simple, d'une efficacité redoutable, reposant sur 3 accords et un rythme syncopé qui dynamise la chanson.

Et que dire du piano, qui entame un solo enflammé en fin de chanson, solo qui prendra d'autant plus d'ampleur jouée en concert.

Structurellement parlant, SHA se divise en quatre parties qui mettent en avant le chant (le discours soutenu des paroles) sur deux couplets séparés par la guitare (super solo). Le piano de Billy Powell (décédé en janvier 2009) vient mettre un point d'honneur à terminer la piste. Les deux parties instrumentales sont soutenu par des choeurs assez présents, qui donnent un groove et un couleur particulière à la chanson.

En résumé, Sweet Home Alabama est une sorte d'ode au mode de vie Sudiste, de défense d'une mentalité qui souffre des abus d'une minorité. Chanson à l'intro mythique dans le monde du rock et qui sera reprise par de nombreux artiste et dans quelques films dont Forrest Gump ou Despicable Me (Moi, Moche et Méchant), elle est un des incontournables du Southern Rock qu'elle définit presque à elle seule et un véritable classique du Rock en général.

En bonus, une version concert, issue de sessions-test avant une performance télévisée à la BBC en 1975 (Old Grey Whistle). Les performances de Billy Powell au piano ainsi que d'Allen Collins et Gary Rossington à la guitare (respectivement sur une Gibson Les Paul Std et une Fender Stratocaster) sont géniales!