Un des éléments qui rendaient WoT acceptable est sa musique efficace. Composée par Javier Navarrete, elle s'appuye essentiellement sur deux thèmes, Persée et les Enfers, pour construire sa progression. Cette caractéristique est à double tranchant: facile d'accès, elle manque de profondeur et de nuance. Les thèmes sont effectivement resservis à toutes les sauces et seules de rares pistes s'en séparent. Cependant, l'efficacité des sonorités orientales/antiques alliées aux thèmes héroïques contemporains est réellement agréable. Le tout se pare de choeurs imposants, souvent puissants et tantôt vraiment terrifiants (l'intro de Zeus in The Underworld).

Le thème principal qui sert d'ouverture s'attache évidemment à Persée. Un arrangement assez aérien et héroïque qui s'appuie sur une rythmique de corde, basée sur une structure classique en 4 temps sur laquelle viennent se greffer des cuivres puissants. Les percussions peuvent l'agrémenter, mais restent surtout l'apanage des pistes d'actions/infernales (Zeus in the Underworld, Attack of The Chimeara, Ares Fight, Brother Ares,...). Entre crescendos épiques (Andromeda, Pegasus, thème général) et moment plus calmes (Humans Stopped Praying), le thème connaît pas mal de variations tout au long du film.

Le thème des Enfers est lui à l'opposé: sombre, industriel. Les choeurs y sont plus présents, les percussions martelées et les rythmes plus acérés. Ambiances oppressantes, mystérieuses et violentes. Par moment, la tendance à lorgner vers le travail d'autres (Howard Shore et son LOTR, John Williams et les Jurassic Park, etc) est manifeste. Elle ajoute cependant des instruments orientaux et limite ces références.

S'ajoutent quelques moments plus dramatiques et romantiques, mais tout aussi rares que dans le film lui-même.

Du reste, si elle ne brille ni par son originalité (quelques impressions de déjà-entendus), ni par sa profondeur (on en a vite fait le tour), la musique de Wrath of Titans est pourtant une des qualité du film. Participant aux ambiances épiques et/ou violentes, le travail de Javier Navarette est assez accessible pour ravir le grand public tout en flattant l'oreille du BOmane averti. On retiendra les 3 premières pistes qui donnent assez d'informations pour appréhender le reste de la BO (l'épique thème de Persée, la grandiose Human Stopped Praying et l'angoissante Zeus in The Underwolrd). Une OST agréable et taillée pour les blockbusters en somme, mais surtout bien supérieure à la fade composition du film précédent.